< Groupes

BLUE YONDER

JAZZ - musique métrique et interactive

blue yonder

Guillaume Orti – saxophones alto, mezzo-soprano en Fa & baryton
Bruno Ruder – piano & synthé basse
Emmanuel Scarpa – batterie & composition


Premier volet d’un triptyque, ce trio – que l’on pourrait définir avec l’étiquette « jazz » s’il en fallait une – vient tout droit de l’univers d’Emmanuel Scarpa (Umlaut, Magic Malik, Radiation 10). Avec sa part d’onirisme et d’introspection, cette musique à l’écriture précise – qui joue avec les canons, les miroirs, l’étirement ou le resserrement du temps – est mise en lumière par les fabuleux musiciens que sont Bruno Ruder (Jeanne Added, Billy Hart,  Magma), et Guillaume Orti (Kartet, Andy Emler Megaoctet, Octurn), qui se prêtent magnifiquement au jeu de ce labyrinthe musical.

Dans un futur plus ou moins proche verra le jour le deuxième volet Radical Red, un autre trio plutôt « power trio », qui sera le pendant de Blue Yonder. Dans un monde idéal, ces deux trios réunis devraient donner naissance au projet The Purple Spectrum …

PhotoS

presse

« Comment présenter ce groupe Blue Yonder, au titre improbable et poétique? Une drôle de nuance de bleu, en jazz, on connaît, un bleu qui va au-delà, un bleu horizon, un outre bleu? Le batteur Emmanuel Scarpa a écrit une musique des lisières, finement composée, maîtrisée dans ses formes en miroir, en “canon” (c’est le titre d’une des plus belles compositions) qui serait le premier volet d’une trilogie, suivie d’un Radical Red plus révolutionnaire. Et tout naturellement, la réunion du bleu et du rouge donnerait enfin naissance à une troisième partie, évidemment “Purple”.

En attendant, nous n’écoutons que le premier chapitre déjà écrit que l’on ne programme que trop peu, hélas, qui a vu le jour, ici même il y a 5 ans, dans le cadre du Rhino jazz festival. Six dates en cinq ans, les années bissextiles, annonce dépité mais pas désespéré, d’Emmanuel Scarpa.
Et moi de penser, ce soir, ce serait plutôt Blue Wonder, car, au regard de la maigre diffusion, voilà un programme singulièrement original réservé à des happy few!

Une musique expérimentale, contemporaine comme les aime le batteur qui collabore à de nombreux groupes dont la Forge, le collectif local de François Raulin, Michel Mandel, Pascal Berne, participe à Umlaut, a joué dans ce mini big band impressionnant de Radiation 10 (avec Bruno Ruder, lui aussi de la région).

Pas vraiment de thèmes et solos dans cette musique de tension-détente, de répétition-rupture qui évolue au cours de la soirée, l’improvisation créant la forme dans laquelle les trois se glissent avec aisance. L’interaction est palpable, la musique se crée à chaque instant, élan continu en recherche d’un équilibre, souvent instable. Parfois, le morceau s’arrête, comme s’il tournait court mais c’est ainsi, il faut passer à autre chose, ne pas broder des variations inutiles, même mélodieuses. Surviennent aussi des moments de grâce où quelque chose se dénoue, une aptitude à saisir la fragilité de l’instant, à vivre la musique dans l’urgence d’une déclaration.

Et ce n’est pas un cliché que d’affirmer que ce triangle est parfaitement équilatéral, pas une rythmique puissante au service d’ un soliste. Ils ne sont que trois mais on ne sait parfois où tendre l’oreille tant leurs voix se conjuguent, alternant, superposant, se redistribuant les rôles. Au baryton, le saxophoniste joue une basse continue et cet ostinato assez doux permet au pianiste de prendre la main, la gauche en particulier. Une belle circulation, où par ces permutations, ils s’épaulent l’un l’autre, complices.

Le trio joue acoustique, s’adaptant ainsi au lieu capitonné de rideaux qui demande un son particulier, exigeant de jouer retenu. Emmanuel Scarpa, s’il dispose d’un set plutôt développé, drive énergiquement tout en restant sobre, d’une précision sèche aux baguettes, avec un woodblock (en plastique!) qui résonne, imprimant un claudiquement de sabots. Sa frappe imperturbable martèle l’ensemble, impose une cadence martiale, suivie par le piano très percussif, en accords plaqués de Bruno Ruder. Généreusement expansionniste, car il ne prend pas le pouvoir mais sait brouiller les lignes, dans son jeu entre parties écrites et improvisées.

Jamais ou très peu de moelleux au début de ce concert pour le saxophoniste qui, toujours attentif aux timbres et textures sonores, explose ses phrasés en fragments éructés, disloqués, hoquète de petits motifs répétés jusqu’à la transe.

Au départ, quelque peu déroutée par un manque de fluidité assumée, une obstination qui ne me semble pas toujours nécessaire, il faut un peu de temps pour rentrer dans la ronde, de cette “ritual danse” qui porte bien son nom. Et puis le saxophone ne fait pas que feuler ou exploser dans l’aigu, parfois il s’envole, s’allie au piano dans un passage entre ombre et lumière, un dialogue insolite ne manquant ni de force ni de délicatesse. Avant que la batterie ne les rejoigne, accompagnant sans surligner cette ritournelle sous influence.

Intense, persistante, la musique fait son effet, en dépit de tout dans une circularité des morceaux qui s’enchaînent comme dans une suite, en la belle continuité d’une construction habilement mise en place.
En conjuguant leurs talents et leurs parcours respectifs, cette triple entente agit dans la vitalité du rock, les accents étranges et inquiétants du progressif, le groove du jazz et une écriture savante.

Tel est ce trio convainquant, que l’on souhaiterait entendre beaucoup plus souvent! Avis aux programmateurs! »

Sophie Chambon, Jazz Magazine 21/02/2020

Concerts

Concerts passés

03 octobre 2020
Blue Yonder l'Arrosoir, Chalon-sur-Saône
19 février 2020
Blue Yonder le Périscope, Lyon
15 février 2020
Blue Yonder Auditorium du Conservatoire, Nancy
19 janvier 2018
Blue Yonder Saarbrücken, Allemagne
21 janvier 2017
Blue Yonder Le CHien à 3 Pattes, Montmerle
20 janvier 2017
Blue Yonder Le La Itou, Mont-Saint-Jean
24 ocobre 2015
Blue Yonder Rhino Jazz Festival, Le Périscope, Lyon